You are here

Pauvre et malade : le cercle vicieux

http://www.kirchenbund.ch/sites/default/files/media/pdf/diakonie/dk_091110/091110_Text_Kurth.pdf

Intervention de Martine Kurth, secrétaire générale de l’ARTIAS le 10 novembre 2009
 
 
Pauvre et malade: le cercle vicieux
 
La pauvreté a des effets dévastateurs sur la santé des enfants. C’est sous ce titre qu’a été
présenté, il y a juste deux ans, le 3me rapport national sur la santé des Québécois, consacré
aux liens entre pauvreté et santé. Ce rapport dresse un portrait complet, et dévastateur à
son tour, des effets de la pauvreté sur la santé. On y constate notamment que les garçons
pauvres de moins de 18 ans ont un taux de mortalité 3 fois plus élevé que les garçons riches
du même âge, que les jeunes filles pauvres sont 17 fois plus nombreuses à devenir mères
avant 20 ans que les jeunes filles aisées. Les garçons meurent, les gamines enfantent, la
misère est la même. Du reste, le rapport souligne également que la proportion d’adolescents
ayant un médecin régulier diminue de façon importante au fur et à mesure que le revenu de
la famille diminue. Et que les enfants pauvres ont 3 à 4 fois plus de retards scolaires et trois
fois plus de troubles graves du comportement1
.
 
La pauvreté nuit gravement à la santé. C’est sous ce titre qu’a été présenté, il y a un an à
peu près, un sondage réalisé par le Secours populaire français, dont les conclusions font
froid dans le dos: 40% des Français interrogés ont déjà renoncé à un soin, ou l’ont retardé,
en raison de son coût… Et 30% des sondés ont le sentiment de ne pas avoir suffisamment
de moyens financiers pour disposer d’une alimentation saine et équilibrée.
 
Pauvres et riches sont inégaux face au cancer de la prostate. C’est sous ce titre qu’a été
présentée, il y a environ un mois, la recherche genevoise, de l’institut de médecine sociale et
préventive de l’Université de Genève, qui a recensé tous les cas de cancer invasif de la
prostate à Genève entre 1995 et 2005. L’objectif de cette étude était de vérifier s’il y avait
inégalité dans une région comme Genève, dotée d’un système de santé considéré comme
un des meilleurs au monde. Or, inégalité il y a, et dans une proportion qui a surpris les
chercheuses et chercheurs: à Genève, les pauvres ont deux fois plus de risque de mourir
d’un cancer de la prostate que les riches. Un écart qui est similaire à celui constaté entre les
Noirs et les Blancs aux Etats-Unis.
 
Dans Le Courrier, les auteures de l’étude genevoise expliquent cette différence du simple au
double notamment par un usage inéquitable du système de santé: diagnostic tardif
(notamment lié aux franchises de l’assurance-maladie qui incitent à retarder la consultation),
moins bonnes recherches et analyses, traitement moins complet.
 
Pire, sur les 10 ans considérés par cette étude, les chercheurs n’ont pas constaté
d’améliorations, au contraire. Et selon eux, avec l’évolution actuelle du système de santé,
«les difficultés pourraient s’aggraver2
».
 
J’ai choisi ces quelques exemples pour brosser rapidement le contexte: à systèmes sociaux
et sanitaires différents, effets similaires. La pauvreté et la maladie forment un cercle vicieux.
Plus on est pauvre, plus on est malade; plus on est malade, plus on est pauvre. L’autorité
politique le sait. Elle dispose de l’information nécessaire à sa prise de décision et pourtant,
elle agit sans tenir compte de ces éléments et ce sera ma seconde démonstration: celle des
modification récentes de l’assurance-maladie, la LAMal, et de l’assurance invalidité, l’AI.
 
 
 
1
 Dépêche de la presse canadienne, 30 novembre 2007
2
 Le Courrier, 29 septembre 2009  
 
 
Le premier janvier 2006, il y a donc presque 4 ans, est entré en vigueur l’article 64a LAMal,
qui prévoit la possibilité, pour les assureurs-maladie, de suspendre le remboursement des
prestations de soins pour les personnes qui n’auraient pas payé leurs primes ou des
participations aux coûts. Le même article prévoit en outre l’interdiction de changer
d’assurance tant que l’intégralité des montants dus, ainsi que les intérêts moratoires et les
frais de poursuite ne sont pas réglés. Cette «possibilité», bien sûr, les assureurs l’ont saisie.
 
Lors des débats parlementaires de mars 2005 ayant amené à cette modification de la LAMal,
il a été beaucoup question de responsabilité individuelle et de lutte contre les abus
(schématiquement dit, responsabiliser celles et ceux qui partent en vacances au lieu de
payer leurs primes d’assurance-maladie).
 
Or la réalité a dramatiquement rattrapé l’idéologie: après presque 4 ans de ce régime,
150.000 personnes environ sont aujourd’hui frappées d’une suspension de remboursement
des prestations. 150.000 personnes qui sont, de fait, privées d’accès aux soins autres que
les urgences dans les hôpitaux publics.
 
Parmi ces 150.000 personnes, des enfants n’ont pas vu un médecin depuis deux ans et
n’ont pas pu recevoir de vaccin contre la rougeole par exemple; des personnes âgées se
voient refuser leurs médicaments dans les pharmacies parce qu’elles n’ont pas pu payer une
participation aux coûts; parmi ces 150.000 personnes, des malades chroniques, des
personnes séropositives, des familles, bref, toute une série de gens juste pas assez pauvres
pour émarger à l’aide sociale (qui prend en charge les primes et participations), et juste pas
assez riches pour pouvoir payer à coup sûr leurs obligations LAMal.
 
Il aura pourtant fallu 4 ans, 150.000 personnes de fait sans couverture de soins, pour que le
Conseil National accepte enfin, il y a un mois, de supprimer la suspension du
remboursement des prestations (premier Conseil).
 
Dès avril 2006 cependant, trois mois seulement après l’entrée en vigueur de l’art 64a LAMal,
les signaux d’alarme ont commencé à fuser: François Longchamp, conseiller d’Etat genevois
a été le premier à réagir, lorsque plusieurs personnes, malades chroniques et séropositives
se sont vues refuser l’octroi de médicaments vitaux dans des pharmacies genevoises. Il a
mis en place une structure d’urgence à la Policlinique des Hôpitaux universitaires genevois
(HUG), destinée à remettre les médicaments vitaux aux malades en suspension de
remboursement. Les Dr Marti et Wolff, qui ont planché sur ce sujet à la Policlinique des HUG
signalaient d’ailleurs que l’art 64a LAMal: «rend aléatoire l’accès aux soins des plus faibles
et ouvre une brèche dans le caractère universel de l’assurance maladie3
».
 
En 2006 déjà, les premiers cantons romands tentaient de limiter les dégâts en signant des
accords avec certaines caisses maladie; accords dont la conformité avec l’ordonnance de
l’époque était cependant sujette à discussion.
 
Au printemps 2007, la Conférence suisse des directrices et directeurs cantonaux de la santé,
la CDS annonçait, après enquête auprès des cantons, que 120.000 personnes étaient déjà
touchées par une suspension des prestations, soit 1,6% de la population. La CDS réclamait
du coup un rapide amendement de la loi, signalant au passage que «l’augmentation
significative du nombre d’actes de défaut de biens prouve que l’incapacité de paiement est
en forte croissance dans notre société»
4
 
 
 
 
3
 Revue médicale suisse, Vol 2, N 85 (2006)
4
 Communiqué de presse CDS, 7 mars 2007  
 
 
Il aura donc fallu 4 ans, de multiples interventions parlementaires, politiques, médiatiques,
scientifiques, 150.000 personnes se retrouvant de fait sans droit aux soins, pour que le
Conseil national admette enfin cet automne que les pauvres ne sont pas des tricheurs et que
cette carence est inacceptable dans un système d’assurance obligatoire de soins…
 
Cet exemple illustre cruellement la méconnaissance gigantesque de la réalité par le monde
politique, elle illustre surtout qu’on admet de fait, ici et maintenant, la possibilité de mourir de
misère.
 
L’autre angle d’attaque que j’ai choisi est celui de l’assurance invalidité.
 
L’Office fédéral des assurances sociales (OFAS) a publié cet été une étude intitulée
«Analyse de dossiers d’invalidité pour raisons psychiques». Dans le cadre du programme
pluriannuel de recherche sur l'assurance-invalidité, des chercheurs ont analysé un millier de
dossiers AI concernant des rentiers atteints de troubles psychiques, selon le code 646,
troubles psychogènes ou en réaction au milieu.
 
Dans la mesure où le nombre de rentes relevant du code 646 a été multiplié par 9 en 20 ans
(1986-2006), les chercheurs souhaitaient dresser une typologie des raisons psychiques et
identifier les facteurs de risque jouant un rôle dans l’octroi de ces rentes. Ils ont donc étudié
de plus près les caractéristiques des rentiers concernés: biographie et situation
sociodémographique, personnalité et comportement en matière de santé, environnement
social, parcours professionnel et revenus, maladie et ses conséquences, traitement et
réadaptation notamment.
 
Les résultats éclairent d’une lumière crue la production du cercle vicieux maladie-pauvreté.
 
On constate que seule une petite partie des personnes mises en invalidité pour raisons
psychiques dispose d’une formation scolaire longue, et qu’une petite moitié (40 %) d’entre
elles n’a aucune qualification professionnelle. Le parcours biographique de 40% des
personnes concernées met en lumière le fait d’avoir grandi dans une famille présentant des
antécédents psychiatriques.
 
Les chercheurs ont trouvé dans les dossiers des négligences sévères et prolongées dans
l’enfance dans plus d’un tiers des cas et des maladies somatiques graves des parents dans
un autre gros tiers ; ils ont aussi trouvé une proportion significative de violences accentuées,
longue séparation d’avec les parents, abus sexuels, séjours en home, séparation des
parents, voire décès de l’un des parents.
 
La moitié des personnes bénéficiant d’une rente AI au sens du code 646 avait déjà souffert
elle-même de troubles psychiques durant l’enfance ou à l’adolescence. Une petite moitié
(45%) d’entre elles s’était également fait remarquer à l’école par de mauvais résultats ou par
des problèmes de comportement.
 
Pour nombre de ces personnes, les difficultés biographiques ont été suivies d’une réduction
de la capacité d’insertion professionnelle. Il est en outre frappant de constater que
l’adaptation professionnelle de ces personnes n’était déjà pas très bonne avant la mise en
invalidité, puisque leur revenu moyen annuel était trois fois plus bas que la moyenne suisse5
.
 
 
 
5
 Analyse de dossiers d’invalidité pour raisons psychiques,
http://www.news.admin.ch/message/?lang=fr&msg-id=27879
 
 
Ces chiffres illustrent clairement le résultat de lacunes importantes du système de
prévention. Ils m’interpellent néanmoins en regard des diverses révisions, récentes ou en
cours, de l’assurance invalidité. Parce que ce sont ces personnes-là, atteintes de troubles
psychiques, qui ont été visées par la 5me révision de l’assurance invalidité, qui sont ciblées
par les révisions 6a et 6b et leur cortège de suppressions de rentes.
 
J’en veux pour preuve le projet de révision 6a de l’AI, mis en consultation cet été.
J’en veux pour preuve la toute récente motion Cassis (PLR) déposée au Conseil national en
septembre, intitulée «Assainissement de l’AI. Maintenir la pression» qui demande, dans le
cadre de la révision 6b à venir, que les personnes atteintes de troubles du type code 646
reçoivent désormais des mesures de réadaptation, mais en principe pas de rente AI.
 
En clair, cela signifie qu’on est prêt à admettre, ici et maintenant, que la maladie, et
singulièrement la maladie psychique, rende pauvres les personnes qui en sont atteintes.
 
Le cercle vicieux est parfaitement bouclé: si je reprends les données du rapport québécois
que j’ai mentionné en début d’exposé, les enfants pauvres ont 3 à 4 fois plus de retards
scolaires et trois fois plus de troubles graves du comportement. Ils courent donc beaucoup
plus de risques d’être atteints de troubles psychiques du type code 646 (troubles de la
personnalité, troubles dépressifs à répétition, troubles somatoformes douloureux, maladies
somatiques, principalement de l’appareil locomoteur (problèmes de dos, etc.). Lesquels
troubles donnent de moins en moins droit à un travail et de moins en moins droit à une
rente…
 
Au final, les enfants pauvres ont beaucoup plus de risques d’être des adultes malades, et les
adultes malades sont de plus en plus souvent destinés à être pauvres et sans travail. Et
parents d’enfants pauvres qui ont beaucoup plus de risques d’être malades… etc….
 
Comment en est-on arrivés là?
Pour ma part, je partage les thèses des spécialistes de l’Observatoire de la finance6
. Ils
relèvent que la place de la finance n’a cessé d’augmenter depuis plus de 30 ans, c'est-à-dire
depuis la fin des Trente Glorieuses, non seulement dans l’économie, mais dans les
comportements de tous les acteurs, politiques, économiques et sociaux.
 
Le rapport de l’Observatoire de la finance montre comment la «financiarisation» (c'est-à-dire
les pratiques, les techniques, les valeurs liées à la finance) a transformé l’économie, mais
comment elle a aussi transformé la société tout entière, en les organisant autour de
l’efficacité financière. Efficacité financière, aujourd’hui poussée à l’extrême, et qui met en
danger les valeurs fondamentales de la responsabilité, de la liberté de jugement et de la
solidarité, qui sont constitutives du bien commun et d’une société libre et humaine. Selon les
spécialistes de l’Observatoire, le principe de l’efficacité a eu raison de la plupart des
résistances morales et s’est imposé comme le critère ultime de jugement.
 
Je fais là une brève parenthèse pour illustrer le propos: il y a environ un an, Sécurité sociale,
la brochure de l’OFAS, consacrait un numéro à l’approche économique des questions
sociales. On peut y lire, notamment «la recherche économique au secours de la politique
sociale», ou encore, «en matière de politique sociale, les décideurs sont confrontés à des
choix toujours plus difficiles, et cette tendance devrait les conduire à consulter davantage
ceux qui font profession d’efficacité et d’efficience: les économistes».
 
Et voilà comment, d’une société dont le contrat social était basé sur la solidarité de tous
envers chacun, nous sommes en train de passer à une société basée sur une solidarité
 
 
6
 www.obsfin.ch, notamment manifeste pour une finance au service du bien commun  
 
quasiment entrepreneuriale… et comment, d’une société de contrat social… nous avons
glissé à une société de contrat d’entreprise.
 
Et c’est là, Mesdames et Messieurs, c’est là qu’est le fond du problème.
 
Il faut certes amener des propositions concrètes pour casser le cercle vicieux entre pauvreté
et santé. Caritas par exemple le fait fort bien avec «la pauvreté rend malade» publié tout
récemment. Le professeur Bonoli le fait fort bien avec ses travaux sur l’investissement
social7
.
 
Mais il nous revient, à vous comme chrétiens engagés, à nous tous comme citoyennes et
citoyens, de rappeler que, depuis 1848, le préambule de notre Constitution, de toutes nos
constitutions qui se sont succédées depuis, que ce préambule mentionne que « seul est libre
celui qui use de sa liberté et que la force de la communauté se mesure au bien-être du plus
faible de ses membres »…..
 
Le bien-être du plus faible de ses membres….
C’est ça la base de notre contrat social. Celui que nous avons voulu, celui que nous portons.
Nous ne devons pas accepter de laisser se faire ce glissement pernicieux vers une solidarité
de responsabilité…
 
Nous devons lutter pied à pied pour ne pas nous laisser dépouiller de ce qui fonde une
démocratie et un modèle social auquel nous tenons: une solidarité de ressemblance
humaine et d’organisation sociale.
 
Aux discours populistes, simplificateurs voire simplistes, à la théorie des abus… et à l’air du
temps qui veut voir un tricheur ou un faignant derrière chaque chômeur, chaque malade et
chaque pauvre… à ces discours, à la vision purement financière de l’efficacité, nous devons
opposer systématiquement l’enracinement philosophique et historique des valeurs qui
fondent ce que nous sommes… Et ce que, je le crois, nous voulons rester…Une démocratie
digne, juste, libre, solidaire et responsable.
 
Je vous remercie
 
 
Martine Kurth / nov09
 
7
 Notamment «une stratégie d’investissement social ciblé sur les enfants», dossier du mois d’avril
 2008, www.artias.ch

Contributor: 
Béa Duparc
Organisation, Media, etc: