You are here

L’Europe fait la guerre - au chômage des jeunes

Undefined
Date: 
13.11.2013
Media: 
24 heures

L’Europe fait la guerre - au chômage des jeunes

L’Union européenne va accélérer  le versement d’aides pour lutter contre ce fléau

«Inacceptable!» C’est le mot lancé par les dirigeants de l’Union européenne pour qualifier ce mal qui la frappe: le chômage des jeunes. Le ton est guerrier. Mais l’action paraît nettement plus mollassonne. Le sommet européen qui s’est tenu, hier, à Paris avait pour objet, non pas de lancer de nouvelles dispositions, mais de s’assurer que celles décidées en juillet dernier à Berlin sont en cours d’application. Appelé «garantie jeunesse», cet ensemble de mesures est financé par une enveloppe globale d’environ 42 milliards d’euros et a pour objectif de donner un emploi ou une formation à chaque Européen, âgé de 15 à 24 ans. L’accent est mis sur l’apprentissage.

Or, jusqu’à maintenant, ces aides sont restées à l’état de belles promesses. Le sommet de Paris devait donc secouer instances européennes et gouvernements nationaux. Il a réuni vingt-quatre chefs d’Etat. A l’issue de cette réunion, le président français, François Hollande, a annoncé la concrétisation prochaine de la «garantie jeunesse»: «Tout l’enjeu, c’est d’aller vite et la décision a été prise que tous les pays qui auront adressé leur programme pour mettre en place cette garantie pourront recevoir les financements européens dès le 1er janvier. »

Privés d’avenir En effet, il y a péril en la demeure car le chômage des jeunes se propage comme le feu dans une pinède. Ils sont 5,6 millions d’Européens à se trouver hors emploi et hors formation. Ils sont appelées NEET(not in employment, éducation or training),c’est-à-dire celles et ceux qui ne sont ni au travail, ni à l’université, ni en formation professionnelle. Une partie importante de toute une génération se trouve ainsi privée d’avenir, sans possibilité de s’intégrer dans la société, plongée dans le désespoir et la révolte sans issue.

L’enveloppe globale de quelque 42 milliards d’euros n’est pas d’un volume impressionnant si on la compare avec le coût financier du chômage des jeunes. La Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie estime que 150 milliards d’euros «pourraient être économisés par les gouvernements si ce problème était traité». Quant au coût humain, il est incommensurable.

Personal info
Contributor: 
Philippe Latty
Organisation, Media, etc: 
24 heures