You are here

En Finlande, travailler pourrait devenir un choix

Undefined
Date: 
25.07.2015
Media: 
blbalba

Le premier ministre, Juha Spilä, et son ministre des Finances, Alexander Stubbe.

 

Dans sa déclaration de politique générale, le premier ministre finlandais a expliqué vouloir expérimenter un revenu universel. Une allocation de base versée à tous les citoyens qui devrait atteindre 1000 euros.

Jusqu'ici, l'idée ressemblait surtout à une lubie utopiste réservée aux stricts milieux intellectuels. Si l'on ne connaît pas encore les détails exacts du projet de loi présenté par le premier ministre finlandais, Juha Spilä, on en connaît les contours. Le gouvernement de centre droit entend tester dans les prochains mois l'idée d'une allocation de base pour tous les citoyens du pays, sans distinction d'âge, de situation sociale ou de santé. L'expérimentation devrait être réalisée dans un premier temps dans une région du pays fortement impactée par le chômage servant de laboratoire. Ce revenu universel, versé sans contrepartie, a pour objectif de permettre à chaque citoyen finlandais de vivre modestement. Pour le gouvernement, il s'agit de lutter contre la pauvreté. Un salaire minimum commun remplacerait alors toutes aides sociales en vigueur. Un Finlandais verrait donc s'évaporer ses aides au logement, aux études, au chômage mais aussi sa pension de retraite. Les citoyens qui souhaitent avoir un niveau de vie plus élevé pourront bien sûr compléter ce revenu de base en étant salarié, artisan ou entrepreneur. La Finlande a un PIB par habitant ( environ 46.450 dollars) bien supérieur à celui de l'Allemagne (43.910 euros) et à la France (37.741 euros).

Le projet énoncé est soutenu majoritairement en Finlande où selon les premiers sondages, 79% de la population approuve cette idée alors que la réforme est également bien reçue par 69% des députés. Cette proposition est réfléchie depuis maintenant plus de quatre ans et Vera Hjelt, une figure historique de la politique finlandaise, avait même défendu un programme similaire dès 1912 avec un plan appelé «Comment vivre sans mourir de faim?». Une démarche similaire est en place en Alaska, où les habitants se partagent depuis 1976 une partie de la rente minière et pétrolière de l'État.

Lors des dix dernières années, les Verts finlandais ont repris le sujet et se sont posés en défenseur d'un revenu minimum pour tous. La seule division aujourd'hui se situe en réalité aujourd'hui dans la somme de cette allocation mensuelle: 440 euros pour les Verts, 620 pour l'Alliance de gauche, entre 850 et 1000 euros pour le libéral Björn Wahlroos? Le premier ministre a évoqué la somme de 1000 euros alors qu'une étude récente publiée par le Helsinki Times évoquait la somme de 1166€ par mois pour éliminer complètement la pauvreté alors que le taux de chômage dépasse actuellement les 10% dans un pays qui compte 5,4 millions d'habitants.

Une idée qui fait son chemin en Europe

Il y a quelques mois, l'économiste Marc de Basquiat et le philosophe Gaspard Koenig avaient abordé la problèmatique dans un essai appelé «Liber, un revenu de liberté pour tous». Marc de Basquiat affirme «ne pas être surpris par l'initiative finlandaise. La Finlande est un pays en avance sur cette question comme l'ensemble des territoires nordiques et qui ose surtout». Cependant, l'économiste voit le modèle différemment avec «un maintien des cotisations et un revenu de base, dit universel, pour assurer la survie de chaque individu», hors frais de logement, en adéquation avec le seuil de pauvreté.

«La Finlande est un pays en avance, un pays qui ose»

Marc de Basquiat, économiste.

C'est également l'un des arguments des opposants au projet enFinlande. Ces derniers estiment, de plus, qu'injecter un revenu social garanti pourrait détourner la population du monde du travail. Avec un revenu minimum très élevé, le citoyen aurait donc le travail comme «un choix de vie, un revenu complémentaire» pour obtenir un meilleur niveau de vie. «Je pense que la perception d'une telle avancée peut être différente, estime Isa Aldeghi, chercheuse au Crédoc. Dans les études que l'on a réalisé, on se rend compte que travailler ne sert pas seulement à gagner de l'argent mais est également un facteur d'identité, de sociabilité. Cette réaction est même surtout présente dans les familles ayant une bonne situation».

Reste que depuis quelques années, l'idée d'un revenu universel fait son chemin en Europe. La Finlande pourrait faire le premier pas alors que Podemos a évoqué cette initiative dans son programme en Espagne et que la Suisse prépare un référendum sur la question pour l'année prochaine. Certains hommes politiques français commencent également à s'intéresser à l'alternative. Dans son dernier ouvrage, «Une crise devenue française, quelle politique économique pour la France?», l'ancien ministre du Budget, Eric Woerth, aborde la question. Arnaud Montebourg a également déjà évoqué la piste. «Ce serait une façon de transférer la responsabilité sur le citoyen. En offrant un revenu minimum, on doit se débrouiller avec et spontanément il y aura une recherche de travail pour sortir de la précarité, explique l'économiste Jean-Marc Daniel (ESCP Europe). Surtout que sur la question, on a un transpartisme». La réflexion est lancée.

Personal info
Contributor: 
Mathieu Despont
Organisation, Media, etc: 
blbalba