Vous êtes ici

Revenu inconditionnel pour combattre le travail !

Français
Date: 
18.12.2013
Type source: 
Media: 
24 heures
Themes: 

Par Martine Brunschwig Graf. Mis à jour à 10h34 

J’aime les initiatives populaires lorsqu’elles lancent un vrai débat. En ce sens, j’apprécie le lancement de celle réclamant un revenu universel de base. Je ne suis en rien d’accord avec cette revendication mais ce texte qui sera un jour ou l’autre soumis au vote des citoyens a le mérite d’ouvrir un débat qui tardait à venir.

La proposition porte un nom : revenu de base inconditionnel. Si le texte constitutionnel est muet sur le montant prévu, les initiants dévoilent leurs batteries :

« Chaque personne vivant légalement en Suisse reçoit chaque mois 2'500 francs. Pour les enfants, le montant est échelonné selon l’âge. Riche ou pauvre, en santé ou malade, seul ou vivant en communauté, actif ou non, peu importante. »

Les initiants y voient ainsi un signe de dignité comme base de départ dans la vie. Je relève au passage qu’ils s’intéressent aux personnes vivant légalement en Suisse et qu’ils passent donc sous silence les 100'000 à 150'000 personnes qui y vivent illégalement et travaillent dans le secteur domestique…. Pour celles-là, le travail continuera et souvent dans des conditions très peu recommandables !

Cela étant dit, l’objectif des auteurs de l’initiative est au fond de « délivrer » du travail toutes celles et ceux qui n’en ont pas vraiment envie. Ce qui est contesté, c’est le fait de devoir travailler pour vivre ainsi que l’obligation de démontrer que l’on n’est pas en mesure de travailler pour bénéficier d’un certain nombre de prestations.

L’utopie est donc la suivante : ne travailleront désormais que ceux qui le souhaitent. Ceux qui ne le souhaitent pas se verront assurés d’un revenu inconditionnel, qui pour un couple avec deux enfants, pourrait se monter à 7'000 à 8'000 au minimum si l’on tient compte du fait que le revenu des enfants devrait varier en fonction de l’âge. On suppose qu’un tel couple serait dispensé de payer des impôts (l’Etat ne reprendra pas d’une main ce qu’il donne de l’autre) et que, par ailleurs, il n’aura pas à acquitter de cotisations sociales puisque que le revenu inconditionnel est censé remplacer l’AVS, l’AI et je ne sais quoi encore. On peut comprendre que dans une telle situation, le besoin de travailler ne se fasse pas pressant…

Pour financer cela, il faut bien que d’autres paient des impôts, ceux qui travaillent ! Aucun chiffre officiel, mais à lire les livres qui inspirent les auteurs de l’initiative, on comprend que le taux d’impôt devrait atteindre les 50% et que, par ailleurs, la TVA devrait doubler.

Question : les auteurs de l’initiative qui prônent la dignité sont-ils vraiment prêts à créer une société dans laquelle une partie de la population devrait durablement dépendre, pour sa subsistance, du bon vouloir de ceux qui travailleront encore et accepteront, ce faisant, de laisser un franc sur deux gagné à la collectivité ?(Newsnet)

Personal info
Contributor: 
Mathieu Despont
Organisation, Media, etc: 
24 heures