Vous êtes ici

RBI: «Les fous ouvrent des voies qu'empruntent ensuite les sages»

Français
Date: 
07.06.2016
Media: 
Le Temps

La presse internationale a montré un large intérêt sur le revenu de base inconditionnel soumis au peuple ce dimanche. Le débat n'est pas moins vif sur Twitter et sur Facebook 

«Et maintenant, que fait-on? Une idée? Quelqu'un?» lit-on sur la page Facebook «RBI-Genève». Car «j'ai souvent remarqué, dans mon expérience personnelle, que le bon moment pour faire quelque chose, c'est quand il semble que c'est trop tard!» pense Charlotte Brabetz Lesturgie. Car après ce dimanche de votations, il faut bien reconnaître que c’est surtout le revenu de base inconditionnel (RBI) qui a suscité le débat le plus nourri, cette «initiative populaire extravagante» aux yeux de L’Agefi. Cette initiative qui a «détourné l’attention (...) de défis politiques autrement plus sérieux: […] les déséquilibres de la prévoyance vieillesse et la nouvelle explosion annoncée des primes d’assurance maladie.» N'empêche, «le débat sur le découplage du travail et du revenu demeure» dit la Berliner Zeitung, citée par Eurotopics.

Lire aussi:  Les Suisses n'ont pas cru à l'aventure du revenu de base

C'est aussi le scrutin dont les médias ont le plus parlé en dehors de frontières helvétiques. Les Echos, par exemple, pensent que la «promesse de pouvoir s’épanouir davantage dans un monde où les robots assurent de plus en plus le travail» et l'«assurance de sécurité financière alors que le chômage menace» ne sont pas des arguments nouveaux. Mais si «le revenu universel est une idée ancienne, évoquée il y a plusieurs siècles déjà», celle-ci «fait écho à des problématiques actuelles». Le Télégramme de Morlaix les a résumées en quelques coups de crayon: 

Caricature parue dans «Le Télégramme» de Morlaix.

«Les Suisses, jamais sans le sou?» a ironisé à cet égard La Libre Belgique, dont les lecteurs ne sont pas tendres: «Les gens se sachant en sécurité d'un point de vue financier pourront se consacrer à ce qu'ils considèrent de mieux pour eux. La glande pour certains, le raffinement intellectuel pour d'autres.» Alors mieux vaut «prendre de l'avance sur ce qui se passera bientôt partout. Avec l'évolution technologique, il y aura de moins en moins de travail, sauf de proximité.» Mais «les paresseux resteront paresseux et les travailleurs resteront travailleurs». Et les autres? Ceux qui sont «malades ou handicapés», par exemple?

 

Tom Southgate @shepardcmdrn7

Give people a chance to follow dreams? Help sick/disabled people? Let people afford basic necessities? I'm all for 

15:22 - 5 Juin 2016

 

 

Aussi généreuse soit-elle, donc, «l’idée qu’on puisse recevoir de l’argent sans contrepartie apparaît inconcevable aux yeux d’une grande majorité des Suisses, qui portent aux nues la valeur travail», lit-on sur le site de la chaîne de TV France 3. Où un internaute se lâche: «Il est heureux que le règne d'improductivité socialo-communiste prenne bientôt fin, car ils seraient capables de faire adopter une telle ineptie inique.» Alors, «que cette idée circule en Occident donne raison à Marx qui, il y a 170 ans, avait émis l'hypothèse que le communisme s’imposerait dans les pays les plus développés», écrit le quotidien tchèque Lidové noviny. Ce à quoi répond indirectement une députée suppléante au Grand Conseil valaisan:

 

Marie P Bender @mariebender

  Bravo les fous ! “Parce que les fous ouvrent des voies qu'empruntent ensuite les sages."

14:25 - 5 Juin 2016 · Martigny, Switzerland, Schweiz

 

 

On pourrait tout de même faire valoir qu'en Suède et dans d’autres Etats-providence, l’aide sociale est déjà très généreuse, avec l'impact fiscal que l'on sait. Mais cela «n’a pas grand-chose à voir avec les rêves romantiques», rétorque le Sydsvenskan de Malmö, qui est bien placé pour le savoir. «La notion de salaire de base peut, par euphémisme, être un moyen pratique de se débarrasser de tous ceux qui ne seraient prétendument capables de rien, qui ne seraient pas suffisamment productifs». Mais «la majorité des gens ont besoin de la structure inhérente au travail, et ils apprécient le sentiment d’être utiles et de participer».

 

RTSinfo 

 
✔@RTSinfo

"Pionnier" ou "passionnant", le  suisse fait réagir la presse étrangère: http://ow.ly/NVam300W7f3 

20:27 - 5 Juin 2016

Photo published for "Pionnier" ou "passionnant", le RBI suisse fait réagir la presse étrangère

"Pionnier" ou "passionnant", le RBI suisse fait réagir la presse étrangère

La presse étrangère a suivi avec intérêt dimanche le vote suisse sur le revenu de base inconditionnel. Elle relate un scrutin "passionnant" ou "inédit", qui pourrait faire des émules en Europe.

rts.ch

 

 

RTS Info a aussi pointé (ci-dessus) quelques articles de la presse étrangère. Elle relève que pour l’Independent britannique, le refus des Suisses «ne marque par pour autant la fin de cette idée en Europe». Mais si les Suisses ont dit «non», lit-on dans les commentaires à son article, c'est qu'«ils craignaient» surtout «une attraction massive de migrants». Effet collatéral? Reste que pour l’éditorialiste de 24 heures, «l’intérêt et la dispute, au sens littéraire du terme, qu’a suscités» cet objet «montrent qu’une partie de la population, souvent jeune, ne croit plus aux vertus de la société telle qu’elle est organisée aujourd’hui».

Lire aussi:  RBI: «être payé à ne rien faire», le rêve botté en touche

Mais par quoi «remplacer le système de valeurs qui place le travail au cœur de la reconnaissance individuelle»? De fait, «le rejet d’hier ne dit rien du débat de demain». Alors, «avant de jeter le bébé et l’eau du bain», lit-on encore sur le blog «L'économie en clair» de L'Hebdo, «on peut faire preuve d’un peu de circonspection»: «On pourrait peut-être déjà commencer par combler certaines des lacunes les plus criantes, en introduisant une assurance perte de gain en cas de maladie pour les salariés, sur une base comparable aux prestations de l’assurance accident. De même, on pourrait songer à trouver une solution pour les indépendants qui n’ont aucune protection en cas de chômage s’ils ne se sont pas constitués en Sàrl ou SA.»

Lire aussi: Faut-il être gros pour toucher le RBI?

Toutes sortes d'idées circulent aussi avec passion sur le site www.schwaab.ch et sur la page Facebook qui l'escorte, celle du conseiller national socialiste vaudois Jean Christophe Schwaab, celles qu'il a déjà largement développées pendant la campagne. Ce qui n'empêche pas qu'on lui réponde vertement: «Tu es pour du totalitaire et tu ignores la créativité individuelle. Au contraire, tu veux accentuer le capitalisme, l’humanisme et le matérialisme, au détriment de la fraternité.»

Lire aussi: «Financer le RBI, c’est très simple»: un carton sur les réseaux

Et ce n'est pas fini, y compris de drôles de statistiques comme argument: «Comment peux-tu nous prendre ainsi pour des imbéciles: c’est seulement 4 personnes sur 10 qui ont voté. De celles-ci, c’est près de 2 personnes sur 5 qui ont été favorables au RBI. Tes projets tout comme ceux des autres partis n’ont aucune envergure pour stimuler l’imagination créatrice. Tout au plus, tu nous proposes un programme pour dormir pendant qu’une élite cultive ses avantages immérités. La politique, à ce niveau, c’est bon pour ceux qui craignent le monde et doutent de Dieu.»

C'est vrai qu'on ne l'avait pas entendu dans le débat, celui-là.

 

À propos de l'auteur

Olivier Perrin

Olivier Perrin

 

--------------------

Lol ... j'aime bien voir mon descriptif Twitter devenir un titre dans un journal.. :P https://twitter.com/martouf_vert

"Les fous ouvrent les voies que les sages empruntent par la suite..."

Personal info
Contributor: 
Mathieu Despont
Organisation, Media, etc: 
Le Temps