Vous êtes ici

De moins en moins d'agriculteurs dans le canton

Français
Date: 
31.12.2013
Type source: 
Media: 
24 heures

Les chiffres 2012 font état d’un bilan inquiétant, bien que conforme à la tendance des dernières années.

Les paysans vaudois sont toujours moins nombreux et leurs revenus continuent de diminuer. Le constat ne surprend pas, tant il est conforme à celui des dernières années. Néanmoins, la photographie livrée par les chiffres 2012 du dernier numéro de l’Observatoire économique de l’association Prométerre n’en est pas moins inquiétante. Pour la première fois, le nombre d’exploitations est passé en dessous du seuil des 4000 en 2012, contre 6000 il y a vingt ans. L’année dernière, la baisse est même supérieure à celle constatée en moyenne suisse (-2,35%, contre -1,73%). «C’est la vitesse de cette érosion qui est impressionnante», résume amèrement Yves Pellaux, président de Prométerre. Toutes les catégories d’exploitations diminuent, à l’exception de celles de plus de 50 hectares, conséquence de la concentration des domaines.

Le revenu de l’activité agricole des exploitations vaudoises, à l’instar de ceux de l’ensemble du pays, continue sa baisse. En 2012, la diminution moyenne de revenu est de 5000 francs par exploitation. Sur le plan suisse, le paysan vaudois dégage toutefois 11'000 francs de plus que la moyenne suisse. Les agriculteurs sont malgré tout de plus en plus contraints de compléter leur revenu en travaillant à l’extérieur.

Le secteur du lait est particulièrement touché. En dix ans, environ la moitié des producteurs de Prolait ont cessé leur activité. Le canton de Vaud a perdu 8000 vaches laitières en une décennie. «Avec l’augmentation des normes dans le secteur, de nombreux exploitants renoncent à investir et optent pour l’une des offres d’emploi disponibles sur le marché, analyse Yves Pellaux. En cela, ils profitent de l’appel d’air créé par une économie vaudoise en bonne santé.»

Le secteur céréalier ne va pas mieux. De 2002 à 2012, ce sont près de 6500 hectares de céréales qui ont cessé d’être cultivés dans le canton, même si les Vaudois assurent près de 20% de la production nationale de céréales et 30% des oléagineux. Maigre consolation, 2012 a vu une légère augmentation des surfaces de céréales vaudoises (+ 132 ha).(24 heures)

Créé: 31.12.2013, 08h21

---------

Mon commentaire...

Il est des métiers ainsi... comme celui d'apiculture.. très utile.. nécessaire même. Mais qui finissent par ne plus permettre de générer suffisamment de revenu pour vivre. Dommage.
Heureusement qu'un jour le revenu de base inconditionnel permettra d'assurer la base de revenu pour vivre et permettra à des passionnés de continuer a exercer ce métier vieux de plus de 10 000 ans.. et passionnant !

Personal info
Contributor: 
Mathieu Despont
Organisation, Media, etc: 
24 heures