Vous êtes ici

Le revenu de base inconditionnel coule à pic

Français
Date: 
29.04.2016
Type source: 
Media: 
Le Temps

Le premier sondage gfs.bern montre que le revenu de base sera largement refusé alors que la loi sur l'asile a de bonnes chances d'être acceptée

Le RBI massivement rejeté

Le revenu de base inconditionnel (RBI) restera une utopie. Le premier sondage réalisée par l'institut gfs.bern pour le compte de la SSR ne lui laisse aucun espoir: 72% des 1209 personnes interrogées disent vouloir rejeter cette initiative populaire, alors que seuls 24% lui sont favorables. L'état de formation de l'opinion semble très avancée, puisque la part d'indécis n'est que de 4%. gfs.bern pense que le camp du refus risque encore de se renforcer d'ici au scrutin, fixé au 5 juin. «Il y aura un non très net le jour du vote», pronostique-t-il.

Rappelons que cette initiative populaire propose de remplacer le système social par un revenu de base non lié à un emploi, qui pourrait atteindre 2500 francs par adulte et 625 francs par enfant et adolescent. La volte-face de l'un des membres influents du comité d'initiative, l'ancien vice-chancelier de la Confédération Oswald Sigg, ne va pas renforcer le RBI. Il a déclaré qu'il imaginait difficilement que la Suisse introduise une telle prestation de manière isolée.

Lire aussi:

 C'est à droite que l'opposition est la plus ferme: le non atteint 91% auprès des sympathisants du PDC, 85% à l'UDC et 82% au PLR. Il s'élève à 49% (contre 43% de oui) au PS alors que c'est chez les Verts que le capital de sympathie est le plus élevé (61%). Le non est majoritaire aussi bien en Suisse alémanique qu'en Suisse romande alors qu'il est à 50% en Suisse italienne.

Bonnes chances pour la loi sur l'asile

La révision de la loi sur l'asile risque de connaître un meilleur sort le 5 juin. Le sondage indique un taux d'acceptation de 59% contre 30% de rejet et 11% d'indécis. L'UDC combat cette réforme seule contre tous. Mais pas plus de 46% des personnes se sentant proches de ce parti prévoient de glisser un non dans les urnes, alors que le oui atteint 49%.

C'est une surprise. L'UDC n'avait pas prévu de mener de campagne nationale d'affichage pour soutenir son référendum. Le SonntagsBlick a révélé que la secrétaire générale adjointe du parti avait écrit à tous les parlementaires pour les exhorter à s'engager au niveau local.

«En faveur du service public»: le précédent de 1982?

Défendue par aucun parti ni aucun parlementaire fédéral, l'initiative «En faveur du service public» créera-t-elle la surprise? Les initiants l'espèrent. Le sondage indique un pourcentage de 58% en faveur de ce texte qui veut corseter la gestion financière de La Poste, des CFF et de Swisscom. Le non ne dépasse pas 26% et les indécis sont encore 16%. C'est au PS que le oui est le plus élevé (70%), suivi des Verts (68%), de l'UDC (62%) et du PDC (55%). Il ne dépasse pas 48% au PLR. Le oui mène la danse dans les trois régions linguistiques. L'argument le plus souvent évoqué est le salaire des managers de ces trois entreprises.

Selon gfs.bern, ce premier résultat reflète le sort de la majorité des initiatives populaires: elles ont un niveau d'acceptation élevé au premier sondage, puis le soutien faiblit au fil des semaines. L'état de l'opinion est qualifié de «peu avancé». Les adversaires n'ont pas encore déployé tous leurs arguments. Leurs supports visuels seront placardés ces prochains jours.

Les magazines de consommateurs à l'origine de ce texte comptent cependant sur le mécontentement de la population face à La Poste et aux CFF. Ils rappellent que, en 1982, personne ne donnait gagnante l'initiative populaire contre les «abus dans la formation des prix» lancée par trois organisations de consommateurs. Son but était d'instaurer une surveillance permanente des prix. Un contre-projet lui avait été opposé. Or, c'est l'initiative qui s'est imposée (57,9% de oui et 19 cantons favorables), alors que le contre-projet était rejeté à 75,2%.

Rejet probable de «Vache à lait»

L'initiative «Pour un financement équitable des transports», dite «Vache à lait», divise l'opinion. Le non est en tête, avec 47%, alors que le oui ne dépasse pas 42%, la proportion d'indécis étant de 11%. Là, également l'état de l'opinion est jugé «peu avancé» et le non devrait progresser, pronostique gfs.bern. «Le scénario le plus vraisemblable est un rejet le jour du vote», se hasarde-t-il.

C'est logiquement auprès de l'UDC que l'initiative «Vache à lait» marque le plus de points. Le oui est estimé à 59%, contre 47% au PLR et 33% au PDC. La gauche est massivement opposée à ce texte qui canaliserait vers les routes 1,5 milliard de recettes actuellement versées à la caisse fédérale. Il atteint 75% chez les Verts et 68% au PS. Le oui ne dépasse la barre des 50% dans aucune région linguistique, mais c'est en Suisse romande qu'il est le plus élevé.

Aucun sondage n'a été effectué pour la loi sur la procréation médicalement assistée.

Personal info
Contributor: 
Mathieu Despont
Organisation, Media, etc: 
Le Temps