Vous êtes ici

«Pro service public»: vers un résultat très serré

Français
Date: 
25.05.2016
Media: 
20 minutes

Les résultats des prochaines votations du 5 juin s'annoncent serrés. Du moins en ce qui concerne l'initiative «En faveur du service public», lancée par les magazines de consommateurs. Le soutien au texte n'a en effet cessé de reculer au cours des dernières semaines. C'est ce qui ressort de la 3e vague du sondage en ligne de Tamedia, éditeur de «20 minutes».

La 3e vague du sondage en ligne a été réalisée les 19 et 20 mai sur les applications des différents titres de Tamedia. Les politologues Lucas Leeman et Fabio Wasserfallen ont pondéré les réponses en fonction de variables démographiques, géographiques et politiques afin de correspondre le plus étroitement possible à la structure de la population suisse. La marge d'erreur est de 1,5%.

Plus que 48% des sondés soutiennent encore l'initiative qui veut contraindre les entreprises liées à la Confédération à faire primer un service abordable et de qualité pour le public sur la réalisation de bénéfices. Lors de la 2e vague de notre sondage, réalisée début mai, ce taux s'élevait encore à 59%. Le camp des «non» est quant à lui passé de 30%, début mai, à 45% actuellement. Seuls 7% des personnes interrogées sont encore indécises.

«Changement d'opinion dans le camp de gauche»

Les politologues Fabio Wasserfallen et Lucas Leemann, qui ont réalisé le sondage à la demande de Tamedia, confirment que le résultat sera «très serré». Sur la base des données récoltées, ils estiment que le texte sera rejeté le 5 juin. «On constate un changement d’opinion dans le camp de gauche. Les partisans des Verts et du PS sont beaucoup moins nombreux à soutenir l’initiative que lors des sondages précédents.» L’approbation au texte est bien plus élevée au Tessin (56%) qu’en Suisse alémanique (47%) et Suisse romande (48%).

Le conseiller national Ulrich Giezendanner (UDC/AG) est engagée contre l'initiative «En faveur du service public». Il pense qu'au final, une pensée libérale pourrait être l'argument qui devrait prévaloir. L'initiant Peter Salvisberg se veut confiant tout en concédant que chaque voix comptera. «Au final, le peuple ne va pas laisser les entreprises du service public faire des profits tandis que les performances se dégradent.»

Initiative vache à lait soutenue par les votants l'UDC

Un scénario quasi identique se présente également pour l’initiative dite «vache à lait» qui veut reverser l'entier du produit de l'impôt sur les huiles minérales à l'infrastructure routière. Lors du dernier sondage, une petite majorité des sondés soutenait le texte. Actuellement, le camp des «non» a pris le dessus avec 52%. Le camp des «oui» est de 41%. «L’initiative a surtout perdu des voix auprès des partisans du PLR», explique Fabio Wasserfallen. Mais le texte peut toujours compter sur le soutien des sympathisants de l’UDC: 68% d’entre eux comptent glisser un «oui» dans l’urne le 5 juin prochain.

Seuls 37% pour le revenu de base

Quant à la modification de la loi sur l’asile et celle sur la procréation médicalement assistée, les deux textes devraient passer la rampe. Les camps des «oui» se sont intensifiés au cours des dernières semaines. 55% des sondés affirment vouloir accepter la révision de la loi sur l’asile; 35% comptent la rejeter. La nouvelle loi sur la procréation assistée, elle, serait acceptée par 55% des votants et rejetée par 34%, selon le sondage.

Finalement, l'initiative «Pour un revenu de base inconditionnel» serait largement rejetée par les participants au sondage en ligne (61%). Seuls 37% des sondés se disent favorables au texte. Les opposants craignent avant tout qu’il soit impossible de financer le revenu de base. L’initiative propose de verser un «salaire» à chacun, sans condition et en remplacement des assurances sociales actuelles. Le montant de ce revenu ne figure pas dans le texte de l’initiative, mais il est estimé à 2500 francs par mois.

Personal info
Contributor: 
Mathieu Despont
Organisation, Media, etc: 
20 minutes