Vous êtes ici

Un suicide sur sept lié au chômage

Français
Date: 
11.02.2015
Media: 
20 minutes

Près de 150 personnes mettent fin à leurs jours à cause du chômage chaque année en Suisse. Un suicide sur sept est ainsi expliqué, selon une étude de l'uni de Zurich portant sur 63 Etats.

Dans les 63 pays pris en compte dans une étude de l'uni de Zurich, un suicide sur cinq peut être mis en relation directement ou indirectement avec l'absence d'emploi, contre un sur sept en Suisse. Le taux d'occupation élevé affiché par la Suisse n'est toutefois pas déterminant pour expliquer que moins de suicides y soient liés au chômage, écrit mardi l'alma mater zurichoise.

Dans d'autres pays connaissant une situation favorable sur le marché du travail, le lien entre inactivité et suicide se révèle en effet encore plus marqué, constatent les auteurs de l'enquête publiée dans la revue «Lancet Psychiatry». Ces Etats veulent à présent investir dans des programmes promouvant l'intégration professionnelle et un climat de travail sain, recommandent-ils.

Prévention suisse louée

La Suisse peut justement se vanter d'avoir agi en la matière: le nombre de suicides baisse depuis des années. Les mesures de prévention ont apparemment atteint leur but, estime le directeur de l'étude et psychiatre Wolfram Kawohl.

Conduite par des chercheurs de la clinique psychiatrique universitaire de Zurich, la recherche met également en évidence le fait que l'augmentation du taux de suicide précède de six mois la hausse du chômage. «Les développements du marché du travail sont anticipés et l'insécurité ressentie suffit à entraîner des conséquences négatives», poursuit M. Kawohl.

Former les RH

Sans même être soi-même victime du chômage, une pression grandissante, engendrée par exemple par des restructurations, suffirait à favoriser les suicides. «Le personnel des ressources humaines devrait bénéficier d'une formation afin de mieux identifier les signes avant-coureurs et d'assister les personnes potentiellement menacées», souhaite le psychiatre.

Un responsable du personnel pourrait ainsi proposer de l'aide à un collaborateur qu'il doit licencier, et qui présente un risque. Il pourrait par exemple l'orienter vers des structures comme la Main tendue ou des offres psychiatriques.

Dans l'ensemble des 63 pays étudiés par l'équipe de l'Université de Zurich entre 2000 et 2011, les scientifiques ont relevé 230'000 suicides par an. Sur ce total, quelque 45'000 affichent un lien avec le chômage.

Personal info
Contributor: 
Mathieu Despont
Organisation, Media, etc: 
20 minutes