Vous êtes ici

Analyse statistique Vox des votations du 5 juin 2016

Français
Date: 
11.08.2016
Type source: 
Media: 
24h

Le peuple suisse a largement soutenu la réforme de la loi sur l'asile le 5 juin dernier avec 66,8% de votes favorables.

Cette onzième révision de la loi sur l'asile n'a pas été perçue comme un durcissement de la loi, souligne jeudi l'analyse VOX, en se penchant sur les résultats du scrutin. Les partis bourgeois, mais aussi une partie importante des sympathisants du Parti socialiste (PS) et du Parti écologiste suisse (PES) ont soutenu le raccourcissement et l'accélération de la procédure d'asile.

Fossé gauche-droit peu marqué

La révision a été approuvée par-delà tous les groupes d'âge, par les deux sexes et tant dans les régions rurales qu'urbaines. Les arguments des référendaires n'ont rencontré que peu d'écho en dehors de l'électorat de base de l'UDC. De ce fait, le fossé gauche-droite est peu marqué.

Les sympathisants de l'UDC, parti qui a lancé le référendum, ont été les plus nombreux à le soutenir (61%). Seuls les votants qui, dans le spectre politique, se classent à l'extrême-droite, n'ont pas accordé de soutien majoritaire à la révision du gouvernement.

L'accélération de la procédure d'asile a été la raison principale de l'acceptation de l'objet. Cet argument a été invoqué par 55% des personnes qui ont voté oui, une proportion qualifiée d'«extraordinairement élevée» par VOX.

Expropriations pas décisives

Les votants qui ont dit non ont invoqué l'introduction d'un accompagnement juridique gratuit. En revanche, la thématique des éventuelles expropriations foncières pour construire des centres fédéraux n'a pas été décisive.

L'Institut gfs.bern a interrogé 1513 personnes en l'espace de 13 jours après la votation. Près de 53% en Suisse alémanique, 27% en Suisse romande et 20% en Suisse italophone. La marge d'erreur est de /-2,5%.

Service public

L'initiative en faveur du service public a récolté 67,6% de votes négatifs. Lancée par des magazines de défenses de consommateurs, elle voulait faire primer la qualité sur la rentabilité dans les ex-régies fédérales, La Poste, Swisscom et les CFF.

L'approbation la plus importante s'est manifestée chez les partisans de l'UDC avec 45% de oui. Une majorité de sympathisants de tous les autres grands partis s'est clairement opposée à cet objet.

Les arguments «pour» et «contre» ont rencontré beaucoup de compréhension dans chacun des deux camps opposés. Cette initiative ne représentait pas le moyen adéquat pour renforcer le service public et aurait même eu plutôt l'effet inverse, ont estimé le plus souvent les personnes qui ont glissé un non dans l'urne.

Le RBI soutenu par les Verts

L'initiative sur le revenu de base inconditionnel, écarté par 76,9% des votants, n'a même pas obtenu de majorité dans le camp de l'extrême-gauche, alors que cela avait le cas sur le salaire minimum ou l'initiative 1:12. Les Verts ont été les seuls à soutenir ce texte (56%) qui n'a recueilli que 39% d'avis favorables au Parti socialiste, qui avait plaidé pour le rejet.

Les personnes de plus de 65 ans et celles vivant dans des régions rurales ont dit oui nettement moins souvent. Mais ni le revenu du ménage, ni la profession ne semble avoir joué un rôle dans le choix. Le financement du projet ou la perte d'une incitation au travail ont été les arguments les plus souvent cités par ceux qui ont glissé un non dans l'urne.

Echec du lobby routier

L'initiative dite «vache à lait», lancée par le lobby routier, a enregistré 70,8% de refus. Seuls les sympathisants de l'UDC ont majoritairement approuvé cet objet avec 56% de oui, alors que tous les partis bourgeois avaient un représentant au sein du comité d'initiative. Un tiers de sympathisants du Parti libéral-radical (PLR) a voté oui, alors que la direction du parti avait recommandé le non.

Les économies trop importantes dans d'autres tâches de la Confédération comme la construction de routes inutiles ont pesé lourd dans la balance. Le fait de posséder une voiture ou non n'a pas joué de rôle.

Les Verts contre le DPI

Enfin, le référendum lancé contre la modification de la loi sur la procréation médicalement assistée s'est soldé par un soutien à la révision par 62,4% des voix. Les sympathisants des Verts ont été les seuls à la rejeter (52%)

Les sympathisants des partis du centre, Parti démocrate-chrétien (PDC) et PLR, ont suivi la recommandation de leur parti à 61% et 80%. Cette approbation sans équivoque est surprenante de la part du PDC, puisqu'il était divisé à l'interne. Les sympathisants de l'UDC n'ont en revanche pas suivi les recommandations de leur direction.

Comme l'an passé, lors du premier vote sur le même sujet, le taux d'approbation a été plus élevé chez les personnes bien formées et établies en Suisse romande. Il a été plus faible chez celles qui vont régulièrement, une fois par semaine, à l'église.

L'Institut gfs.bern a interrogé 1513 personnes en l'espace de 13 jours après la votation. Près de 53% en Suisse alémanique, 27% en Suisse romande et 20% en Suisse italophone. La marge d'erreur est de /-2,5%. (ats/nxp)

(Créé: 11.08.2016, 11h06)

Personal info
Contributor: 
Mathieu Despont
Organisation, Media, etc: 
24h