Vous êtes ici

Taxer les robots? L'important, c'est la ROSE!

Français
Date: 
21.06.2013
Media: 
mediapart
Themes: 

caisses robots dessin Tignous.jpg

 

Hier, j'émettais l'idée de « taxer les robots » ("Et pourquoi ne pas faire payer les robots ? Toutes ces machines (caisses automatiques d'autoroute, d'hypermarché, etc.") qui prennent la place de personnes qui cotisaient, elles ! ). Un lecteur de Médiapart signant « Pizzicaluna » – que je ne saurais trop remercier – m'a signalé que cette idée, loin d'être loufoque, était portée par un mouvement ayant fait l'objet d'un article dans Libération le...22 mai 1998. Cette taxe intelligente a même un joli nom : « ROSE » pour Robots, Ordinateurs et Systèmes Experts.

Taxer les robots n'est pas une réaction contre le progrès, au contraire, dit John Mitchell, un britannique du « 9.3. » porteur avancé de cette idée : «Je ne suis pas contre le progrès, bien au contraire. La carte à puce du médecin, c'est formidable, c'est pratique. Mon problème est seulement: que vont devenir toutes les femmes qui saisissaient les feuilles de Sécu ? La Sécu va économiser de l'argent, les Assedic vont payer et les gens seront désespérés. C'est anormal, on met les gens en situation de ne plus savoir quoi faire.»

Ce que propose John Mitchell est simple: il veut taxer les machines de sa «cotisation Rose». Rose pour «Robots, ordinateurs et systèmes experts». Le bénéfice de cette taxe servirait à créer des emplois, à assister les chômeurs, à financer des formations, à aider les entreprises à embaucher.

Le raisonnement de John Mitchell est le suivant: «A job égal, les salariés ne sont pas compétitifs avec les machines, d'abord parce qu'ils sont moins efficaces, ensuite parce qu'ils représentent de lourdes charges sociales pour l'employeur. L'idée de la cotisation Rose est donc de rétablir l'équilibre pour qu'il n'y ait pas de «concurrence déloyale» accrue entre humains et machines, lesquelles doivent devenir les «nouvelles vaches à lait». En faisant payer une taxe sur les robots, ordinateurs et systèmes experts, la compétition se réduirait, le chômage aussi.

La cotisation Rose frapperait les petits ordinateurs comme les gros systèmes, lecteurs de cartes, distributeurs, robots, pompes à essence automatiques, billetteries, trieuses postales et serait une «taxe sur la capacité de production» basée sur un ratio de son invention, le Mac/Man (Machine/homme), évaluant la capacité de production d'une machine par rapport à l'homme. (Serait ainsi établi une cotisation mensuelle sur tous les robots, ordinateurs et systèmes experts à un taux en fonction de leur capacité de production mesuré en équivalent-hommes . Considérer en comparaison la puissance fiscale des véhicules qui est mesuré en équivalents-chevaux.

Les gains de productivité ne profitent pas à tous. Les machines au lieu de libérer l'homme en diminuant sa charge de travail le privent parfois totalement de son emploi. La cotisation sociale sur les machines rééquilibrerait l'injuste compétition entre la machine et l'homme. 

Il y en a là du pognon a prendre François ! Et une idée formidable dans le droit fil de la justice qui t'est chère (trop chère?), de la liberté retrouvée, de l'égalité homme-machine, de la fraternité (?!) patron-employés.

Voilà. Y a plus qu'à...

Personal info
Contributor: 
Mathieu Despont
Organisation, Media, etc: 
mediapart