Vous êtes ici

Le revenu de base servirait-il à moraliser le sport professionnel ?

Français
Date: 
14.11.2013
Media: 
Agora Vox

La loi sur l'imposition à 75% des hauts revenus et le récent rapport de la cour des comptes sur le sport nous ouvre les yeux sur les problématiques de ressources entre le sport professionnel et le sport amateur. Les deux pratiques sont liés mais si l'une a du mal à se financer, l'autre regorge de ressource. Les rémunérations indécentes, et les scandales dans le sport à haut niveau incite l'opinion à vouloir moraliser ces activités et en premier lieu à une meilleur répartition des rémunérations importantes des clubs et des sportifs connus.

Le rapport de la cour des comptes sur le sport avait déjà pointé la problématique des différences de ressources entre le sport professionnel et amateur.

http://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Sport-pour-tous-et-sport-de-haut-niveau-pour-une-reorientation-de-l-action-de-l-Etat

 

La solidarité entre le sport amateur et professionnel a une portée limité. Et cela a cause des fédérations qui se sont constituée ligues professionnelles qui n'y sont pas tenues.

La cour soulève en outre un problème d'inégalité marqué dans l'accès aux clubs. Les femmes et les handicapés y sont sous représentés.

Cela est dû en partie que les subventions de fonctionnement versés au CNDS sont trop faibles pour éviter un saupoudrage. Le CNDS ou centre national pour le développement du sport a pour objectif essentiel de corriger les inégalités d'accès à la pratique sportive pour le plus grand nombre et d'encourager une promotion résolue et systématique de la santé par le sport. Il assure une logique de plus value sociétale.

Ces aides se font par l'intermédiaire de subventions qui complètent ou pas d'autres subventions venant de collectivités territoriales ou d'autres rentrées financières. Pour les petites structures amateurs, les subventions du CNDS sont essentielles à leurs survie.

http://www.cnds.info/web/Aides-aux-associations/Presentation

Malheureusement les objectifs du CNDS se heurtent aux résultats indirects de la pratique du sport professionnel à haut niveau. Les scandales sur le dopage des sportifs par exemple vont à l'encontre d'une logique d'une bonne santé dû à la pratique du sport. La vénalité sous sous-jacente des propriétaires de clubs ou d'équipes explique ces pratiques. Le montant colossal de certains joueurs, entraineurs et propriétaires n'est de ce fait plus accepté par une majorité de français car ils ne reflètent plus les vertus censées être favorisées par la pratique d'un sport.

De là, la comparaison avec un mode de vie de plus en plus difficile, dû à la crise pour la classe moyenne qui elle suit les règles et les millions brassées par les sportifs connus. La même comparaison peut être faite entre le sport amateur et professionnel.

 

De plus, ces grands sportifs ont été formés pour la plupart par la jeunesse et sport dans des clubs amateurs. Ensuite, les sportifs à haut niveau sont très suivie médicalement Ils ont bénéficié de la sécurité sociale. Donc leur réussite vient pour une grande part de l'aide publique accordée par l'état.

La taxation des sportifs ayant un haut revenu à 75% semble alors être une mesure juste et pleine de bon sens, un premier pas vers une mesure de redistribution plus large qu'approuverait une majorité de français.

http://www.huffingtonpost.fr/2013/10/24/taxe-75-football-pourquoi-greve-impopulaire_n_4156876.html

Une mesure de redistribution comme le revenu de base où l'on ne pense pas seulement pénaliser les hauts revenus, mais une mesure qui reconnaîtrait ainsi le travail de milliers de bénévoles serait plus pertinente (lien).

Le revenu de base permettrait aussi comme l'a préconisé la cour des comptes de rapprocher le monde du sport avec les associations. De plus, il pourrait diminuer le clivage entre les grands clubs et les structures amateurs. Et surtout, pour ces derniers, pérenniser leur avenir sans passer par la professionnalisation donc de ne pas faire reposer leur avenir sur l'octroi d'une subvention suffisante.

Ainsi, les femmes et les handicapés qui sont actuellement sous représentés auraient un meilleurs soutien et une meilleur visibilité. Les bénévoles pourraient travailler pour eux à plein temps sans avoir de soucis alimentaires ou sans se demander si telle ou telle subvention sera accordée.

Une initiative citoyenne est en cours pour soutenir cette mesure qui moralisait définitivement le sport et lui redonnerait ses valeurs. Le lien vers la pétition est : http://basicincome2013.eu/ubi/fr/

Personal info
Contributor: 
Philippe Latty
Organisation, Media, etc: 
Agora Vox