Vous êtes ici

Un salaire universel en suisse

Français
Date: 
01.02.2016
Type source: 
Media: 
sputnicknews

=> Il y a plusieurs interviews audio dans le texte qui ne se voient pas ici... n'hésite pas à aller sur la page originale..

Le 5 Juin prochain, le peuple suisse se prononcera pour, ou contre, l’instauration d’un revenu de base. L’idée en soi n’est pas nouvelle, et pourrait changer beaucoup.

Un revenu de base inconditionnel (ou: RBI) dans le pays de Nestlé, de Rolex et des banques; voilà une idée qui prête à sourire. Pourtant, l'initiative a abouti.

Mais au fait qu'est-ce que le RBI? Guy Mettan, Directeur Club suisse de la presse, nous explique:

 

 

 

​« L'idée qui est proposée au peuple est d'octroyer à l'ensemble de la population adulte suisse un salaire minimum de 2500 CHF par mois.

Le processus va plus loin que ce qui a été proposé ailleurs, à la fois au niveau du salaire, qui est élevé en terme de comparaison internationale, et au niveau de la population, car il vise l'ensemble de la population adulte. »

 

M. Daniel Straub, membre du comité d'initiative nous apporte ses précisions:

 

« Aujourd'hui nous avons un haut niveau d'automatisation (…) et la façon dont l'économie et notre mode de vie sont organisés, c'est un problème, cette efficience et cette automatisation, car cela mène au chômage; et c'est la grande tâche des prochaines décennies d‘en venir à faire l'apologie du chômage, car cela nous permettrait de mener des vies pleines de sens et le RBI est l'instrument pour cette transition; nous croyons qu'il y a un tel cumul de richesses dans les pays occidentaux, et une économie si productive, que nous devons en redistribuer les fruits de manière intelligente, de sorte à ce que chaque personne résidant en Suisse puisse disposer des besoins les plus basiques et le montant nécessaire pour vivre avec un minimum sans conditions. »

Pour quelles raisons la Suisse aurait besoin d'un salaire de base, alors que les salaires sont rarement en dessous de 3000 CHF?

Guy Mettan: « Plutôt que de compliquer, que d'avoir recours à des aides sociales, qui sont multiples et qui coûtent très cher à organiser car elles nécessitent des administrations très lourdes, c'est au fond une simplification qui permet de donner à chacun le minimum qui sert pour vivre.

Vous savez que le coût de la vie en Suisse est très cher, c'est pour ça qu'en comparaison internationale, le niveau paraît très élevé. »

Avec quels moyens financiers procédera-t-on?

 

La Suisse compte payer tous ses citoyens 2.300 euros par mois

© REUTERS/ RUBEN SPRICH

La Suisse compte payer tous ses citoyens 2.300 euros par mois

Guy Mettan: « Ce n'est pas fixé par l'initiative, mais l'idée est de convertir toutes les aides sociales, et de prévoir une imposition des castes les plus aisées et des hyper-riches. On assiste à une croissance des inégalités dans les salaires. L'idée de cette initiative c'est de redistribuer cette richesse de façon plus équitable. L'autre chose aussi c'est qu'en mettant en place cette initiative, c'est de favoriser la consommation des classes les moins riches de manière à ce que ça profite à l'ensemble de l'économie. »

 

Daniel Straub: « Notre plus grand challenge pour les prochaines années est d'expliquer que le RBI se substituera au revenu d'aujourd'hui. (…) Vous auriez le même salaire au total, mais en incluant le RBI; le solde serait votre revenu lié au travail; donc votre revenu lié au travail serait bien inférieur à celui d'aujourd'hui. »

Malgré ces arguments, l'opposition à ce projet est forte, très forte même. Jean-Christophe Schwaab, conseiller National du Parti Socialiste, nous éclaire:

 

« Elle est à mon avis mauvaise pour deux raisons; d'une part parce que le principe du RBI est une mauvaise réponse à de vrais problèmes (précarité au travail, exclusion du monde du travail), et c'est une mauvaise réponse parce que si le RBI était introduit, mes employeurs auraient beau jeu de retrancher de ce montant tous les salaires, entrainant une baisse généralisée de tous les salaires; alors à la fois une baisse de la valeur du travail, et puis une baisse de la motivation des salariés.

L'autre problème de cette initiative est qu'elle est en termes généraux, elle ne dit rien du montant, ni du financement, ce qui veut dire que le parlement fédéral, dont la majorité est très marquée à droite, pourrait en faire ce qu'il voudrait, et pourrait produire un modèle de revenu de base qui serait tout aussi antisocial et difficile à financer. »

 

Selon vous, il faudrait plutôt compter avec un revenu minimum. Ce sont donc deux choses différentes.

« Le salaire minimum est quand même très différent du RBI, car le salaire est toujours versé par l'employeur en échange d'une prestation de travail. »

Autre problème: cela enlèverait le droit au travail; pouvez-vous nous éclairer?

 

« Le risque avec un RBI, c'est qu'on abandonne tous les efforts qui sont faits aujourd'hui, d'une part pour faciliter l'accès à la formation, et pour réinsérer les personnes exclues du marché du travail.

Au fond je serais très inquiet pour tous les programmes d'aide aux chômeurs, de formation, de soutien aux personnes qui cherchent à se réinsérer(…) quiconque veut participer à la vie active, il peut le faire, et l'Etat va le soutenir et l'aider.

Avec un RBI, on risque de voir ses programmes ne plus exister, de se dire tant pis pour ces personnes si elles ne veulent pas travailler, elles n'en ont pas besoin, elles n'ont qu'à se contenter de leur revenu de base; et là on nierait le droit au travail de ces personnes. »

 

L'opposition de la Droite n'est pas en reste. Vincent Arlettaz, économiste et politicien du Parti Libéral-Radical, nous dit pourquoi voter contre:

 

« Il y a énormément d'arguments; j'en retiendrai 3. Le Premier et le plus direct c'est la question du coût, mettre en place un tel RBI reviendrait à un coût de grandeur de 200 à 250 Milliards CHF par année, ce qui est plus du tiers du PIB, chose qu'on n'arrive pas à financer.

 

Le ministère français de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, rue de Bercy

© AFP 2016 JOEL SAGET

Le fisc français déniche 12 mds EUR cachés en Suisse

Le deuxième argument est moral, car actuellement les prestations sociales sont versées à condition: on vers des retraites à condition que les gens aient cotisé, soit des aides sociales parce que des gens sont dans une situation particulière. Le RBI mettrait en place un système totalement différent: une personne peut recevoir ces prestations, peu importe qu'il en ait besoin, ou qu'il ait cotisé; moralement cela revient à dire que d'une part je peux regarder mon voisin partir au travail en me disant « maintenant tu vas travailler pour me payer », et d'autre part c'est une forme d'injustice pour les personnes qui ont besoin de l'aide de l'Etat, et qui auraient cotisé.

 

Le troisième argument est la question de la liberté individuelle. Le principe du RBI c'est considérer que l'Etat doit répondre de, et prendre en charge, mes besoins fondamentaux. L'Etat financerait les besoins de base et définirait ces besoins de base et comment on devrait dépenser cet argent. »

Cela créerait une forme d'assistanat négatif pour la société?

 

« Cela serait plus qu'un assistanat, ce serait un décalage de la progressivité de l'impôt: si on met en place une telle mesure, on va devoir la financer et on va demander à quelques personnes de payer encore plus, et à beaucoup de payer moins; donc, de moins en moins de gens vont payer beaucoup plus d'impôts; c'est déjà discutable moralement. Si on charge les impôts de ces gens, ils vont partir avec une partie de l'activité économique, et donc on va avoir de la peine à financer le reste.

Mais c'est aussi négatif pour ceux qui sont bénéficiaires de cette aide, car on va leur donner une rente, en leur disant « voilà pour tout solde et tout compte, et débrouillez-vous », on n'aura plus à s'occuper de l'égalité des chances, car on aura tous la même rente. »

 

La suisse risquerait-elle de voir une inflation galopante, ainsi qu'une immigration économique de masse venir à cause de ce salaire?

« Le risque d'inflation dépend surtout de comment est financé le RBI, si c'est par les taxes et impôts, il est probable que les nuisances sur le développement économique devanceraient l'inflation. Pour les migrations, c'est à problème à double sens; l'initiative évoque la population résidant légalement en Suisse, quand on est dans un système de libre circulation des personnes avec l'UE, 2500 CHF est supérieur aux pays voisins, et on peut craindre que beaucoup se déplacent pour profiter de cette situation; c'est aussi un problème de migration dans l'autre sens, car comme on le finance grâce au contribuable en Suisse, ceux qui voudraient créer des emplois et des entreprises en Suisse seraient outrageusement pénalisés, et quitteraient la Suisse avec leur activité économique, leurs emplois, etc.. »

En clair et pour conclure, cette initiative a peu de chances de passer; mais l'histoire nous a montré que les résultats sont différents de ce à quoi s'attendre.

 

Migrants en Allemagne

© REUTERS/ STEFANIE LOOS

Confiscation des biens des réfugiés: l'Allemagne emboîte le pas à la Suisse

La Suisse est avant tout un pays qui n'a jamais eu de salaire minimum, ce qui permet aux petites et moyenne s entreprises de détenir encore la plus grande part du produit national. Une mesure comme le RBI n'a par ailleurs été appliquée que dans des régions ou des pays avec des mono-économies, ou avec des activités limités dans certains domaines (Manitoba canadien, Alaska, Koweit). Mais qui sait? Le monde évolue vite, et l'opinion de la population suisse aussi.

 

Voici quelques mois, dans le canton de Vaud, une dame d'un certain âge m'avait dit: « on est dans une autre époque qu'il y a 20 ans; avec la mondialisation, on peut exporter, et placer son argent où l'on veut, mais on doit accepter aussi les courants d'airs, et savoir partager ».

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

 

Personal info
Contributor: 
Mathieu Despont
Organisation, Media, etc: 
sputnicknews